Retour de randonnée

Depuis longtemps je pratique la randonnée d’été en moyenne et haute montagne et cette année, mon ami Jean m’a confié sa fille Amandine pour faire découvrir les plaisirs de la haute montagne.

Ça tombe plutôt bien, Amandine est une jeune fille qui aime bien l’aventure et les nouvelles sensations et, des sensations, elle va pouvoir en découvrir tout au long de quelques jours de rando dans le massif des écrins.

Après cette seconde journée passés sur les sentiers de cette belle montagne, nous sommes, Amandine et moi, rentrés à la maison d’hôte de madame Bouquet un peu fatigués, mais tellement heureux de ce que nous avons vécu, tout là haut au pays des chamois et autres marmottes, mais surtout elle, car moi je connais ça par cœur pour, les avoir déjà faites plusieurs fois.

Aussitôt arrivés à la chambre, nous nous débarrassons de nos sacs à dos et c’est vers la douche que nous nous apprêtons à aller. Mais avant, elle me pose cette question.

  • Dis moi Vincent, ça te dérange si je la prends avec toi ?
  • Ben non…, pas du tout. En plus, ça nous permettra de nous rapprocher encore un peu plus et de nous redécouvrir physiquement. Qu’est ce tu en penses ?
  • Tu as raison Vincent. C’est ce que je pensais aussi. Même, si nous avons déjà couché ensemble, il y a longtemps. Pour tout te dire, ça fait un bout de temps que j’ai envie que tu me refasses l’amour… !
  • Et bien, allons y… !

Aussitôt dans la salle de bains, nous nous mettons à poil. Et là, quelle surprise. La jeune fille qui est là devant moi, est encore bien mieux foutue que je le savais. Je devrai dire même, qu’elle est une véritable petite bombe. C’est bien quelque chose que, sa tenue de randonneuse ne laissait pas paraître au premier abord.

Outre la beauté de son visage qui, n’a pas changée. aujourd’hui, elle est dotée d’une paire de seins, dont la rondeur et le volume me laissent rêveur et surtout, me donnent très envie de les peloter. La suite est tout aussi alléchante. Elle a une taille pas très marquée, mais cependant, elle lui met très bien en valeur ses belles fesses qui, ont l’air bien fermes et superbement bien galbées. Ça, c’est pour le coté pile. Quand coté face, c’est tout aussi magnifique, une vraie invitation à l’acte d’amour. Amandine a un petit ventre légèrement bombé et un mont de Vénus très proéminent, totalement vierge de tout poil sous lequel, apparaît une magnifique fente relativement charnue, aux lèvres rose vif entre lesquelles, règne en maître un clitoris au capuchon imposant et très apparent. Encore une invitation à l’acte d’amour.

Rien que de contempler cette beauté, j’ai instantanément le sang qui bouillonne dans les veines et bien sûr, la queue qui commence à changer d’aspect. Et bien sûr, je me retrouve avec une érection que je ne peux lui cacher plus longtemps. Et là, elle se met à pouffer et me dit en riant.

  • Et bien, dis donc… !
  • Et oui… ! Qu’est ce que tu veux… !
  • Et si je viens un peu plus près de toi et que je m’occupe de ton érection, ça va faire quoi ?
  • Je vais bander comme un taureau.
  • Alors, je viens m’en occuper tout de suite.

Deux secondes après, ma belle équipière de rando se saisit de ma queue, la masturbe avec application puis, la fourre dans sa bouche et ma taille une bonne bouffarde.

Quelques instants plus tard, elle relâche son jouet pour me dire.

  • Elle est toujours aussi bonne ta queue… !
  • Si tu le dis. Mais tu sais, que je goûterai volontiers à ta source aussi.
  • Laisse moi la encore un peu. Tu prendras tout ton temps pour t’en occuper comme il faut après.
  • Pas de soucis. Mais, si tu veux, on ira sur le lit. On sera bien mieux.
  • Oui Vincent. On reviendra à la douche après.

Alors, après m’avoir bien sucé et masturbé, nous revenons à la chambre et là, je m’allonge sur le dos, Amandine vient se mettre à califourchon sur moi, me colle sa chatte sur le visage et me dit.

  • Ça te va comme ça ?
  • Et comment… !

Aussitôt, je lui écarte ses lèvres et là, je redécouvre une odeur enivrante et la chaleur agréable d’une chatte, déjà, toute mouillée. Aussitôt, je plonge ma langue entre pour me délecter de son jus de femme. Je la lèche de bas en haut et de haut en bas. Puis, ma langue plonge littéralement dans son vagin. Moi, c’est un truc de j’adore. Puis, je lui mange furieusement son clito et tout ça, ça fait que ma balle Amandine se met soudain à gémir puis, finit par me marmonner.

  • Vincent…, tu me fais jouir !

Je retire ma langue de son cratère en feu pour lui répondre.

  • Alors, c’est bon…. !
  • Ah oui… ! J’ai envie que tu me baises maintenant.
  • Puisque nous sommes dans cette position de soixante neuf, je l’invite à tout simplement venir s’y planter dessus. Ce qu’elle fait dans la foulée. Et, aussitôt emmanchée.
  • Aaah Vincent…, là, c’est encore meilleur, je la sens bien. J’ai la chatte bien remplie. Heum… ! qu’est ce qu’elle est bonne…. ! Tu vas me faire jouir comme une folle.
  • Mais, vas y… ! c’est fait juste pour ça.

Alors, ma cavalière lance le cheval au galop. Elle s’appuie sur mes cuisses pour mieux s’empaler et surtout, se faire encore mieux jouir. Et là, elle se tape les fesses sur mon bassin à chaque fois qu’elle redescend et, me marmonne « Oh oui… ».

Quand à moi, je ne reste pas inactif. Je lui caresse ses seins ou ses fesses et son pubis en essayant de choper son clito au passage. Ce que j’arrive à faire une fois sur cinq tout ou plus. Puis quelques instants après, je finis par arriver à glisser mon majeur entre ses fesses pour atteindre son trou du cul et, lui tripoter copieusement pour finir par lui pénétrer. Là, Amandine se cabre encore plus et me lance comme ça.

  • Oh Vincent… !
  • C’est quoi ?
  • C’est encore mieux et, c’est la première fois.
  • Que tu te fais mettre le doigt dans le cul ?
  • Oui… !
  • Tu sais que tu as un trou du cul très avenant. J’aimerai bien te le visiter… !
  • Ah bon… ! Si tu le dis, ça doit être vrai.
  • Et, si tout à l’heure, c’est ma queue que j’y plante à la place du doigt ?
  • Ça, je sais pas. Mais peut être que ça va me plaire…, aussi !
  • Ben, on essayera, si tu en as envie… !
  • Heummm oui…, pourquoi pas !

Deux minutes plus tard, je l’invite à se mettre à quatre pattes. Je viens derrière elle et lui réinvesti sa chatte.

Après quelques va et vient, elle se remet à jouir et moi, à lui tamponner ses fesses encore plus fort. Et, tout en lui bourrant la moule, qui se met soudain à émettre de bien agréables sons, je ne quittais pas du regard, ce petit trou que j’avais doigté tout à l’heure.

Alors.

  • Amandine… !
  • Oui.
  • Ça te dit maintenant ?
  • Oui, si tu veux… !

Alors, en bon queutard, j’avais pris la précaution de sortir une petite fiole de gel, que j’ai toujours dans mes affaires. Car, un trou du cul est toujours bon à dépuceler.

Donc, après avoir retiré ma queue de sa chatte détrempée, je prends la fiole de gel, lui enduit copieusement sa rondelle étoilée puis, avec le majeur, je lui travaille longuement son orifice rectal jusqu’à lui faire bien dilater puis, je récupère le plug qui se trouve sur le lit et l’insère tout doucement, jusqu’à ce qu’il disparaisse entre ses fesses.

Là, Amandine se retourne et d’un large sourire se dit comme ça.

  • Heummm, c’est bon ça… !
  • Alors, tu es prête ?
  • Oui, je crois.

Alors, pour remettre en forme ma queue qui, avait quelque peu débandé, Amandine la reprend en main, me branle avec beaucoup d’attention et une fois, la forme revenue, se remet à quatre pattes sur le bord du lit, les cuisses ouvertes au maximum, m’offrant sa chatte et son trou du cul.

Dans un premier temps, je lui replante ma queue dans la chatte pour qu’elle retrouve le chemin de la jouissance. Ce qui ne tarde pas à venir.

  • Vincent… ! Prends mon trou du cul s’il te plaît… !

Alors, je retire ma queue de sa chatte inondée de cyprine, la présente face à son anus, la plaque contre sa rondelle étoilée et par petites poussées lui investi son fourreau étroit. Lentement, ma queue s’engage puis disparaît au plus profond de son intimité. Et là.

  • Oh Vincent… !
  • Qu’est ce qu’il y a…, t’as mal ?
  • Non… ! Mais je la sens encore mieux.
  • Je peux continuer ?
  • Oui Vincent, vas y.

Alors, le premier va et vient et le second et le troisième. C’est bien parti. Je sens ma queue aller et venir dans ce fourreau serré. C’est vachement excitant. J’en ai presque envie d’éjaculer mais, j’essaye de me concentrer au mieux et de contrôler. Mais, quelques instants plus tard, ça en est trop. Subitement, je sens monter dans ma verge, comme un cheval au galop, la giclée de sperme qui va lui inonder son petit trou.

Et, c’est dans un grognement animal, que je lui gicle tout au fond de son trou du cul. Puis, je retire ma queue lentement. Et là, trois secondes après, je contemple mon sperme couler lentement de son anus et tomber sur le sol.

Là, Amandine a le même réflexe puis, se retourne vers moi en riant.

  • Alors, ça t’as plu… !
  • Ah oui, Vincent, c’est vachement bon.
  • C’est ta première fois ?
  • En vrai, oui… !
  • Pourquoi en vrai ?
  • Parce que je l’ai déjà fait avec un gode.
  • Et…, tu as envie de recommencer ?
  • Ah oui… ! C’est trop bon.
  • Demain si tu veux, en rentrant de la rando.
  • Y a pas de problème.
  • Bon… ! Et, si on allait à la douche ?
  • Oui Vincent. Aller, je te suis.

Maintenant que nous nous sommes bien donnés du plaisir, nous pouvons prendre un moment de détente avant d’aller nous restaurer.

Laisser un commentaire